RSS

Episode 8 : Qui qu’a la garde ?

Enfin il va être question d’éducation ! Ou tout du moins, de garde d’enfants. En effet, faire des enfants c’est une chose, s’en occuper en est une autre ! Et comme chez l’espèce humaine, certains parents ont le sens des responsabilités plus aiguisé que d’autres … Voici quelques exemples de pères et de mères dont certains, si elle existait, auraient surement à en découdre avec la Direction des Affaires Sanitaires et Sociales Animales !

Nounou malgré elle

Capture d’écran 2017-07-05 à 20.30.12

Le coucou est vraiment l’expert en ce qui concerne la recherche de nounous pour ses petit ! La femelle va tout simplement espionner l’activité d’autres oiseaux en cours de couvaison, et dés qu’elle trouve un nid de libre, va y pondre son œuf. Et si d’autres œufs sont là, elle ne se gênera pas pour les pousser par-dessus bord. La vraie propriétaire du nid, lorsqu’elle reviendra, ne s’apercevra pas de la supercherie et s’occupera de l’œuf de coucou. A l’éclosion des petits, si par hasard le coucou n’était pas le seul à être arrivé jusque là, il n’hésitera pas non plus à pousser ses « faux frères et sœurs » en-dehors du nid. Il sera ainsi le seul à profiter des soins de la mère adoptive, et ce même si elle est beaucoup plus petite que lui ! N’empêche que vraie maman coucou n’est jamais très loin, à surveiller leurs faits et gestes … à croire que c’est une seconde nature !

« Je suis ton père »

Capture d’écran 2017-07-05 à 20.34.05

Chez le cyprès de tassili, pas besoin de maman pour faire un enfant ! (Du moins dans un premier temps…). Le pollen de papa se transforme de lui-même en embryon qui, bien gardé dans les petits ventres que sont les fleurs, va finir son développement jusqu’au stade de graine puis enfin quitter la maison pour aller pousser plus loin ! Mais il arrive des fois que papa ne pousse pas le soin parental jusqu’à garder lui-même son bébé : une fois l’embryon fabriqué, il le laissera s’envoler plus tôt de façon à ce qu’il soit récupéré par une mère cyprès, qui s’en chargera jusqu’à sa « maturité ». Une vraie mère porteuse quoi !

Des enfants non voulus

Capture d’écran 2017-07-05 à 20.38.09

Chez le syngnathe de la mer rouge, un poisson cousin des hippocampes, c’est papa qui a la garde. Oui mais … il ne garde pas n’importe qui ! Et oui, monsieur se permet en effet de « coucher à tout va », mais s’il tombe « enceint » d’une madame qui lui semble trop peu à son goût, il n’hésitera pas à tuer leur progéniture commune. Et ce, jusqu’à ce qu’il trouve enfin une belle syngnathe femelle un peu rondelette, comme il les aime, dont il gardera les petits. Et à partir de là, il deviendra un excellent papa !

En avoir plein le dos

Capture d’écran 2017-07-05 à 20.41.27

La maman scorpion nous étonne par la qualité des soins qu’elle apporte à ses rejetons. Ces derniers, tout blancs à la naissance, sont appelés pullus. Non seulement elle commence à les nourrir dans le ventre par un système de connexion, le biberon, entre leur bouche et son propre système digestif, mais en plus elle procède à un véritable accouchement : entre 5 et 100 pullus selon les espèces tombent de son ventre pendant des heures. Déjà entièrement formés, ils montent sur le dos de maman et n’y redescendront plus pendant 3 mois, jusqu’à leur première mue ! Pendant ce temps maman les nourris de petits morceaux de proies à l’aide de ses pinces. Quel dévouement !

Pas folle la guêpe !

Capture d’écran 2017-07-05 à 20.44.49

Une guêpe énorme luttant avec l’une des plus grandes mygales amazoniennes, mais quel est ce combat étrange ? Vous demandez-vous surement ! Rien de plus qu’une mère guêpe bien intentionnée qui cherche à la fois abri et garde-manger pour ses petits. Bien intentionnée … certes, mais qui n’a pas envie de s’occuper un tant soit peu de ses petits ! Autant laisser ce travail aux autres. Dans ce cas, ce sera l’araignée qui, une fois piquée et ayant perdu toute capacité  de s’enfuir, servira de réservoir vivant pour les œufs de madame guêpe. Ils y naîtront et dévoreront vivante l’araignée et ce (pas folles les larves de guêpes) en prenant soin de ne pas manger les organes vitaux tout de suite, de façon à ce que l’araignée soit en vie le plus longtemps possible.

Des bébés … pas dans la merde !

Capture d’écran 2017-07-05 à 20.50.47

Pour eux, nul besoin de nounou ni de garde-manger vivant. Il est une source d’énergie inépuisable et facile à trouver dans laquelle les bousiers vont puiser : la merde ! Elle leur sert à tout : à construire leur maison, à manger, à se séduire à travers des concours de taille de boules (toute connotation sexuelle est fortuite), jusqu’à servir de lieu de ponte pour madame bousier ! Les excréments chauds et riches en nutriment, après avoir été enterrés, font office à la fois de pouponnière et de repas pour les larves en développement. Les bébés bousiers sont peut-être dans la merde mais cette espèce nous permet, nous, de ne pas l’être. Pour terminer sur une anecdote croustillante, sachez que l’enfouissement des excréments par ces scarabées fait économiser chaque année plusieurs millions de dollars à l’agriculture dans le monde !

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Coquifran.Passé.Présent |
Siences Histoire Informatique |
LA MAGIE: UNE SCIENCE QUI A... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mathiqua
| Science History X
| Astrocours